fbpx

Holding personnelle : c’est quoi ? Quels types ? Comment la créer ?

Holding personnelle : définition Pour optimiser la détention de ses titres, un dirigeant peut créer une holding. Une holding personnelle est une société qui a pour vocation de détenir des titres d’autres sociétés. Cette société peut être une holding passive si elle ne fait que détenir des titres, ou une holding active si elle fournit […]

Holding personnelle : définition

Pour optimiser la détention de ses titres, un dirigeant peut créer une holding. Une holding personnelle est une société qui a pour vocation de détenir des titres d’autres sociétés. Cette société peut être une holding passive si elle ne fait que détenir des titres, ou une holding active si elle fournit des services à sa ou ses filiales.


Quels statuts pour une holding personnelle

Plusieurs statuts peuvent être utilisés pour créer sa holding personnelle :

  • La SASU : la société par actions simplifiée unipersonnelle
  • La SARLU : la société à responsabilités limitées unipersonnelle (ou encore EURL)
  • La société civile

La SASU est probablement la structure la plus simple à mettre en place et à gérer car elle ne vous oblige pas à nommer un commissaire aux comptes (comme la SARL le prévoit dans certains cas).


Holding passive, holding active ou holding animatrice

Une holding passive est une holding dont l’activité seule est la détention des participations.

Une holding active permet – en plus de gérer ses participations – d’avoir une activité propre qui génère des revenus. Si vous souhaitez détenir des actions, et effectuer des prestations diverses, c’est la holding qu’il vous faut.

Une holding animatrice est une société dont le but est de détenir des participations, et dont l’objet est l’animation et le contrôle de ses filiales. Ne se déclare pas holding animatrice qui veut. En effet, il faut pouvoir justifier de ses prestations (contrat, travail effectif).


Pourquoi créer une holding ?

Il existe de nombreux avantages à créer une holding dans laquelle on intègre ses participations. The Galion Projet les résume très bien ici.

Réduire la taxation de ses revenus

Vous faites remonter vos revenus vers votre holding mais n’êtes pas obligé(e) de vous les verser. L’autre avantage est de se rémunérer en dividende: grâce au régime mère-fille, le dividende est exonéré d’impôts.

Optimiser la revente de ses parts

Il est tout à fait possible quoique plus contraignant de créer une holding et d’y apporter ses parts. Il est largement préférable de créer sa holding avant, ou en même temps que son entreprise. Lorsqu’une holding est créée suffisamment en amont de la revente (2 ans), le taux d’imposition peut descendre à 4%, ce qui est à l’heure actuelle imbattable.

Pour information, depuis 2018 et l’instauration de la flat tax, la revente est soumise à un taux d’imposition de 34% (impôt sur le revenu: 12.8%, prélèvements sociaux: 17.2%, contribution exceptionnelle sur les hauts revenus : 3 à 4%).

L’intégration fiscale

Ce régime permet de globaliser l’imposition des bénéfices des filiales. Ainsi, les bénéfices d’une filiale compensent les pertes d’une autre filiale, et permettent par exemple de financer certains risques pris sur une entité. Le régime de l’intégration fiscale permet également d’exonérer la totalité des dividendes qui remontent vers la holding. Pour en profiter, la holding doit détenir 95% au moins de la filiale et les exercices doivent être cloturés à la même date.

Être exonéré(e) de 95% de l’IS grâce au régime mère-fille

Le régime mère-fille permet à la holding d’être exonérée d’impôts sur les sociétés à hauteur de 95% sur les produits de participation perçue grâce à sa ou ses filiales. Pour activer ce régime, la holding doit détenir à minima 5% du capital social de la filial et les deux entreprises doivent être soumises à l’IS.


Le coût d’une holding personnelle

Le coût d’une holding personnelle en SAS : c’est la holding la moins chère à entretenir. Vous devrez vous acquitter de frais de création, de la CFE, d’un prestataire pour effectuer votre comptabilité (certains sites démarrent à 50€), et des frais juridiques liés aux événements de la vie de votre SAS (Assemblée générale par exemple).

Le coût d’une holding personnelle en SARL : un peu plus contraignante que la SAS, la SARL est aussi plus coûteuse. Vous devrez vous acquitter des mêmes charges que pour la SAS ou SASU, mais devrez rajouter un forfait URSSAF et ce même si vous n’avez aucune activité ni aucun revenu.


Les contraintes de la holding

Créer une holding n’est pas exempt de contraintes :

  • L’argent sur la holding n’est pas immédiatement disponible, c’est une entreprise avant tout, donc même si vous pouvez en profiter en vous rémunérant, vous n’y avez pas un accès direct.
  • Si la holding a été créée moins de 3 ans avant la cession, une clause de réinvestissement vous oblige à réinvestir dans les 2 ans au moins 60% de la somme de la vente dans une entreprise éligible.
  • La holding est une entreprise, et une entreprise tient une comptabilité, et remplit ses obligations juridiques.
  • Vous faites de l’optimisation, et vous pouvez être sujet à des erreurs. Chaque erreur se paie notamment lors d’un redressement.

Les alternatives à la holding

Le plan d’épargne en actions (PEA)

Le plan d’épargne en actions bénéficie aussi d’une fiscalité avantageuse mais l’apport de ses parts à son PEA ne peut se faire au dessus de 25% de détention de participation. La date d’ouverture du PEA est également un élément important à prendre en compte puisque à partir de 5 ans de détention, la revente des titres n’est plus soumise à l’impôt sur le revenu.


Les autres articles qui peuvent vous intéresser :