Simulation portage salarial : calculez votre salaire net

Par Pierre-Jean Fabas
Pierre-Jean Fabas est formateur pour adulte en droit social et technique de paie depuis 20 ans.
Par Pierre-Jean Fabas
Pierre-Jean Fabas est formateur pour adulte en droit social et technique de paie depuis 20 ans.

Parmi la multitude de statuts offerts aux indépendants (auto-entreprise, SASU, EURL), le portage salarial fait parfois figure d’OVNI. Les freelances qui le découvrent sont souvent surpris par cette option qui leur permet de bénéficier de la sécurité d’un CDI, tout en conservant leur liberté d’indépendant.

Mais en quoi consiste le portage exactement ? Qu’implique-t-il pour les salariés portés ? Pour leurs clients ? Qui peut faire appel au portage salarial ?

Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Prêt à vous lancer en portage salarial ? Si c’est le cas, il existe une étape clé à ne pas manquer : la simulation de votre salaire en portage. Concrètement, celle-ci vous permet de comprendre quel salaire net vous gagnerez en vous basant sur votre chiffre d’affaires ou votre taux journalier moyen (TJM pour les intimes).

Simulateur de portage salarial Jump

Commencez dès à présent votre simulation pour obtenir votre estimation de salaire net en fonction du volume facturé !

Montant de votre chiffre d'affaires mensuel HT

20000 €
Simuler
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

CDI Jump

Sans engagement
... tout en restant votre propre patron 😎
Rémunération Nette
Avant prélèvement à la source
1 480 € / mois
Frais supplémentaires
Abonnement Jump
79 € / mois
Bon à savoir

Avec Jump, vous pouvez ajouter jusqu’à 30% de frais professionnels remboursés net de charges.

Questions fréquentes

Envie de comprendre ce qui se cache derrière une simulation ? De mieux comprendre comment notre outil calcule votre salaire ?

On vous en dit plus en répondant aux questions que les futurs salariés portés se posent le plus souvent.

Pourquoi faire une simulation de portage salarial ?

Réaliser une simulation présente deux avantages principaux.

Le premier, c’est de vous permettre d’anticiper le salaire net que vous pourrez vous verser en fonction de votre chiffre d’affaires. C’est un bon moyen de préparer votre avenir et de comprendre combien vous pourrez toucher tous les mois.

La deuxième vertu d’une simulation, c’est de vous permettre de comparer les sociétés de portage salarial entre elles. Toutes n’appliquent pas le même montant de frais, et les simulations vous permettent d’identifier quel impact ces variations de frais vont avoir sur votre salaire net. Il est toujours recommandé de comparer plusieurs simulations avant de choisir la société de portage salarial qui va vous accompagner.

Comment calculer son salaire en portage salarial ?

Pour comprendre comment est calculé le salaire net, on va reprendre ensemble les différentes étapes du calcul.

Tout d’abord, on part du chiffre d’affaires hors taxes. Dit plus simplement, la base de calcul c’est le montant total que vous allez facturer à vos différents clients chaque mois (sans la TVA, qui ne vous est pas destinée !).

Si vous engagez des frais professionnels, ceux-ci vont être déduits de votre chiffre d’affaires, qu’ils soient pris en charge par votre client ou par vous-même. Cette déduction vous permet de ne pas payer de frais de gestion et de cotisations sur les montants engagés.

On va ensuite déduire de ce montant les frais de gestion prélevés par la société de portage. Les sociétés de portage salarial prélèvent habituellement un montant compris entre 3 et 10% du chiffre d’affaires hors taxes de leurs clients. Chez Jump, nous avons choisi de proposer un abonnement mensuel fixe de 79 euros par mois hors taxes.

Les cotisations interviennent ensuite. Pour rappel, ce sont ces cotisations qui financent la protection sociale dont vous bénéficiez en tant que salarié porté. Elles comprennent notamment la protection santé, la protection chômage, la retraite, mais aussi divers prélèvements de solidarité. Au niveau des cotisations, il existe une spécificité de taille à prendre en compte : en tant que salarié porté, vous payez à la fois les charges sociales dont s’acquittent les salariés, et les charges sociales dont s’acquittent habituellement les employeurs. Dit autrement, vous payez à la fois les charges sociales et les charges patronales. Au total, ces charges représentent en moyenne 45% du chiffre d’affaires total.

Enfin, vous pouvez prendre en compte le montant de l’impôt sur le revenu prélevé à la source pour avoir l’idée la plus juste du montant du salaire qui vous sera effectivement versé à la fin du mois.

Au final, la formule de calcul de vos revenus ressemble à ceci :

  • Chiffre d’affaires mensuel hors taxes
  • Frais professionnels
  • Frais de gestion
  • Charges sociales
  • Impôt sur le revenu (facultatif)

Quel est le salaire minimum en portage salarial ?

C’est parfois un point qui déroute les candidats au portage salarial : il existe un salaire minimum à respecter pour devenir salarié porté.

Ce salaire minimum a été défini par l’article 21.3 de la Convention collective de branche des salariés en portage salarial définie en mars 2017. Ce texte régit le statut du portage salarial et édicte un certain nombre de règles qui régissent son fonctionnement. Il fixe le salaire minimum en portage à 85 % du plafond sécurité sociale de 2017 (ce plafond est fixé à hauteur de la valeur de 2017, car ainsi que l’URSSAF nous l’a confirmé, cette valeur correspond à la date de conclusion de l’accord de 2017 mettant en place le portage salarial).

Un aperçu de l’article 21.3 qui fixe la rémunération minimale en portage salarial

Concrètement, ce minimum correspond à un salaire brut mensuel à temps plein de 2 778 euros.

Les entreprises de portage salarial sont ensuite libres de fixer un montant plus élevé si elles le souhaitent. Chez Jump, nous appliquons par exemple un TJM minimum de 300 € par jour pour être éligible au portage.

Mais pourquoi la convention de portage définit-elle un salaire minimum ? La mesure a été décidée pour s’assurer que les salariés portés puissent bénéficier d’un salaire suffisamment élevé après s’être acquittés des charges.

Comment fixer mon TJM en portage salarial ?

Jusqu’à maintenant, vous aurez sans doute remarqué que nous avons évité un sujet de fond très important pour préparer votre simulation de portage salarial et estimer votre rémunération : celui du TJM.

Le TJM, c’est le taux journalier moyen. C’est tout simplement le montant que vous allez facturer à vos clients pour une journée de travail. Et il n’est malheureusement pas toujours facile à estimer.

Pour le fixer, vous pouvez vous appuyer sur deux méthodes.

La première c’est d’estimer le TJM en fonction du salaire net que vous visez. Pour cela, vous pouvez utiliser notre simulateur cible. Attention cependant : essayez de rester réalistes. Pour cela, n’hésitez pas à combiner cette méthode avec la deuxième méthode qui va suivre.

La deuxième méthode est simple : elle consiste à observer les tarifs pratiqués par les autres freelances de votre domaine. Pour faire cet exercice, vous avez plusieurs options. Vous pouvez simplement faire des recherches par métier sur les plateformes de freelancing (Malt, Crème de la crème, freelance.com, freelance-info.fr, etc.). Vous pouvez aussi consulter directement les baromètres mis à votre disposition par ces plateformes comme celui de Malt ou celui de Crème de la Crème. N’oubliez pas lorsque vous faites vos comparaisons de prendre en compte votre séniorité, vos références passées (si vous avez travaillé pour des sociétés prestigieuses, vous pourrez prétendre à un TJM plus élevé) et éventuellement la ville d’exercice de votre activité (si vous n’êtes pas en télétravail).

Un aperçu du calculateur de TJM Crème de la Crème

Enfin, nous vous recommandons de suivre ces trois règles d’or pour bien fixer votre TJM.

La première, c’est de ne pas viser un TJM trop bas. En portage salarial, vous aurez des charges auxquelles vous n’êtes pas forcément habitués si vous étiez salarié jusque-là. Par exemple votre lieu de travail, les frais de matériel, etc. Le TJM contribue aussi à asseoir votre crédibilité, un TJM trop bas risque donc d’inquiéter vos clients potentiels.

La deuxième, c’est d’ajuster votre TJM dans le temps. Lorsque vous débutez en portage salarial, il peut être intéressant d’ajuster légèrement votre TJM à la baisse pour convaincre vos premiers clients et asseoir votre crédibilité en tant qu’indépendant.

La troisième et dernière règle consiste à adapter votre taux journalier au client pour lequel vous effectuez la mission. Le raisonnement derrière cette règle est simple : certains clients ont des moyens financiers plus élevés. Ou ils peuvent suivre des grilles de salaire qui vous avantagent. Vous pouvez également ajuster votre TJM à la mission (c’est possible dans votre contrat commercial de portage). Bref, ce serait dommage de passer à côté d’un petit supplément.

Quel salaire pour quel TJM ?

Une fois que vous avez fixé le TJM pour votre mission, comment simuler votre salaire net en portage salarial ?

Le calcul est en fait assez simple. Il consiste à multiplier votre TJM par le nombre de jours que vous travaillez dans le mois. Mais attention, il existe une subtilité. Il faut en effet anticiper vos congés, les jours que vous allez dédier à la formation, ou encore les jours que vous passerez à démarcher vos clients ou faire vos comptes par exemple.

Une fois ce calcul fait, vous tomberez sur votre chiffre d’affaires hors taxes et pourrez réutiliser la formule que nous avons partagée un peu plus haut.

Comment optimiser ses revenus en portage salarial ?

Le portage salarial est un statut très simple au quotidien qui limite la gestion administrative. Corollaire de cette simplicité, l’optimisation de la rémunération est également facile à comprendre et à mettre en œuvre.

En portage salarial, vous n’avez qu’un seul levier pour optimiser vos revenus. Mais il est très puissant. Il s’agit des frais professionnels. En effet, contrairement au régime micro-entrepreneur, le portage salarial permet de déduire des frais professionnels.

Les frais professionnels présentent deux avantages principaux. Le premier, c’est de pouvoir refacturer à vos clients des frais que vous engagez pour mener à bien leurs missions. Il peut s’agir par exemple de frais de déplacement, de matériel informatique spécifique, de frais de repas, etc. En les facturant directement à votre client, vous évitez tout simplement de les sortir de votre poche et de les déduire de votre rémunération.

Le deuxième avantage, c’est d’éviter de devoir payer des cotisations sociales et des impôts en plus. En effet, quand vous déclarez un frais professionnel, qu’il soit remboursé par le client ou qu’il soit réglé par vous, la société de portage salarial va considérer à juste titre qu’il doit être déduit de votre revenu. De ce fait, le montant n’est pas soumis aux cotisations sociales ou à l’impôt sur le revenu.

Attention cependant. L’URSSAF a édicté des règles précises sur la prise en charge des frais professionnels pour éviter tout abus. Pour vérifier si un frais peut être considéré ou non comme un frais professionnel, vous pouvez demander à votre entreprise de portage salarial. C’est elle qui est responsable vis-à-vis de l’URSSAF. Elle a donc le devoir de vérifier qu’un frais est légitime et le pouvoir de le refuser si elle considère qu’il contrevient aux règles qu’elle a fixées.

Vous pouvez bien entendu inclure le montant de ces frais dans votre simulation pour la rendre la plus juste possible.

Quelles sont les charges prises en compte en portage salarial ?

Le salarié porté est soumis à deux types de charges principales à prendre en compte pour calculer son salaire.

La première ce sont les frais de gestion prélevés par la société de portage salarial. La plupart des sociétés de portage salarial prélèvent entre 3 et 10% du chiffre d’affaires réalisé par le salarié porté. Chez Jump, nous proposons un abonnement mensuel fixe de 79 euros hors taxes.

La deuxième, ce sont les charges sociales prélevées par l’Etat pour financer la protection sociale. En portage salarial, l’indépendant doit s’acquitter des cotisations salariales (comme tout salarié) et des charges patronales. Ces dernières portent ce nom car elles sont acquittées par le patron pour un salarié traditionnel. Ces charges permettent au salarié porté de bénéficier du chômage, de financer sa retraite ou encore d’être protégé par l’Assurance maladie. Le montant de ces charges représente environ 45% du chiffre d’affaires hors taxes.

À quoi correspondent les frais de gestion prélevés par la société de portage salarial ?

Les frais de gestion sont le montant prélevé par l’entreprise de portage salarial en contrepartie des services qu’elle fournit au salarié porté.

Parmi ces services, on compte notamment la gestion de ses contrats, l’encaissement de ses factures, le traitement de ses fiches de paie, la validation de ses frais professionnels, ou encore la déclaration et le règlement de ses cotisations.

Habituellement, les entreprises de portage salarial se basent sur le montant du chiffre d’affaires réalisé par leur client pour calculer le montant des frais de gestion qu’elles appliquent.

Ces frais de gestion sont déduits de la rémunération et ne sont donc pas soumis aux charges et à l’impôt sur le revenu.

Besoin de plus d’informations ? N’hésitez pas à nous contacter via le chat situé en bas de page !

Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.