Portage salarial et chômage : comment ça marche ?

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 19, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 19, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Dans la catégorie
Découvrir le portage
Voir d'autres articles
Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Peut-on avoir le chômage avec le portage salarial ?

Le portage salarial est souvent vu comme un moyen simple et sécurisant de tester le lancement d’une nouvelle activité ou une reconversion professionnelle.


C’est d’autant plus vrai pour les chômeurs à qui ce statut procure des avantages uniques.


Mais quand est-il exactement ? Est-il possible de cumuler portage salarial et chômage ? Dans quelles conditions ? Est-ce que le portage salarial permet de débloquer de nouveaux droits ?


Dans cet article, on vous explique dans quelles conditions il est possible de travailler en portage et de continuer à toucher les aides Pôle emploi puis on détaille l’impact du portage salarial sur vos futurs droits au chômage.



Est-il possible de cumuler portage salarial et chômage ?

Pôle emploi prévoit bien la possibilité de cumuler un revenu en portage salarial et les allocations-chômage. Voyons les conditions qui s’appliquent et les montants d’aide auxquels les salariés portés peuvent prétendre.

Quelles sont les conditions pour bénéficier du cumul portage salarial et chômage ?

Il est possible pour tout demandeur d’emploi de cumuler ses revenus en portage salarial avec les aides au retour à l’emploi (ARE) versés par Pôle emploi.


Pour cela, il suffit de valider deux conditions :

  • Être initialement éligible à l’aide au retour à l’emploi (conditions disponibles ici) ;
  • Rester inscrit comme demandeur d’emploi auprès de Pôle emploi.


Quel montant total peut-on cumuler ?

Pôle emploi calibre le montant total cumulé en fonction des revenus perçus dans le poste précédent. L’idée est de permettre aux demandeurs d’emploi de retrouver un salaire proche de leur salaire d’avant chômage, sans le dépasser.


Dans cette logique, Pôle emploi déduit 70% de salaire brut perçu en portage salarial du montant de l’aide au retour à l’emploi. Concrètement, si vous percevez 2 300 € d’ARE et que vous générez un salaire brut de 1 800 € en portage, Pôle emploi va effectuer le calcul suivant : 2300 - (0.7 x 1800) = 1 040 €.


Voici le calcul en détail pour un salarié qui touchait 50 000 € annuels bruts avant de perdre son emploi et génère 3 500 € de chiffre d’affaires mensuel en portage :


Comment l’activité en portage impacte la durée des aides reçues ?

Lorsqu’il travaille, le salarié porté cotise, par l’intermédiaire de sa société de portage salarial, à Pôle emploi. L’activité en portage salarial lui permet donc de prolonger les droits au chômage. Chaque jour d’indemnisation non perçue va prolonger d’autant la période d’indemnisation. Revenons à notre exemple précédent.

Quels droits au chômage active-t-on en portage salarial ?

Maintenant que nous avons vu les droits des chômeurs en ce qui concerne le cumul des aides Pôle emploi, penchons-nous sur le cas des salariés portés qui cessent leur activité.


Ont-ils cumulé des droits pendant leur période de portage salarial ? Si oui, quelles sont les conditions pour activer leurs droits ?


Cotise-t-on au chômage en portage salarial ?

Pour pouvoir bénéficier des aides Pôle emploi, un travailleur doit cotiser au chômage.


C’est justement le cas en portage salarial : un salarié porté cotise au chômage comme un salarié traditionnel. Il est donc éligible aux mêmes droits en cas de perte d’activité.


La seule différence tient au fait que c’est l’entreprise de portage qui s’occupe de régler les cotisations associées, en lieu et place de l’employeur pour un salarié classique.

Comment bénéficier du chômage après une période de travail en portage salarial ?

Pour bénéficier du chômage, le salarié porté doit d’abord demander une rupture conventionnelle à sa société de portage. Cette dernière a l’obligation de l’accepter et le salarié porté n’a pas à justifier sa demande de rupture du contrat de travail.


Pour effectivement toucher les Aides au Retour à l’Emploi, le salarié porté devra également valider les mêmes critères qu’un salarié du privé classique :

  • S’il a moins de 53 ans : avoir cumulé 88 jours de travail dans les 24 mois précédant la rupture du contrat ;
  • S’il a 53 ans ou plus : avoir travaillé 88 jours dans les 36 mois précédant la rupture de son contrat.

Comment est calculé le montant de l'allocation perçue ?

Si le salarié porté valide les conditions de versement de l’allocation, le calcul appliqué sera le même que pour un salarié du privé, avec le salaire annuel brut comme point de référence.


Voici le détail du calcul appliqué :

  • On calcule les deux montants suivants et on garde la valeur maximale :
  • 40,4 % de votre salaire journalier de référence (SJR) + 12,12 €) ;
  • 57 % de votre salaire journalier de référence
  • On applique ensuite un minimum de 29,56 € et un maximum de 75 % de votre salaire journalier de référence.

Voici un exemple de calcul pour un salarié porté facturant 60 000 € HT annuellement :


Le portage salarial est donc un statut avantageux pour les chercheurs d’emploi à qui il permet de reprendre une activité, sans renoncer au soutien financier de Pôle emploi, et en prolongeant leur durée d’indemnisation.

Il permet également de bénéficier d’une bonne protection en cas de cessation d’activité, avec une aide équivalente à celle que perçoivent les salariés du privé.

Dans la catégorie
Sauter le pas
Voir d'autres articles
Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.