Portage salarial : les avantages et inconvénients du statut

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 19, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 19, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Le portage salarial est un statut unique.

À mi-chemin entre le salariat et l’indépendance, il propose des avantages forts.


Mais il n’est pas pour autant adapté à tous les profils.


Dans cet article, on vous détaille les avantages et les inconvénients du portage salarial, les situations dans lesquelles il est le plus adapté, et on vous explique enfin pourquoi il peut être intéressant d’y recourir en tant qu’entreprise.

freelance utilisant son ordinateur portable
Dans la catégorie
Découvrir le portage
Voir d'autres articles
Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Le portage salarial est un statut unique.

À mi-chemin entre le salariat et l’indépendance, il propose des avantages forts.


Mais il n’est pas pour autant adapté à tous les profils.


Dans cet article, on vous détaille les avantages et les inconvénients du portage salarial, les situations dans lesquelles il est le plus adapté, et on vous explique enfin pourquoi il peut être intéressant d’y recourir en tant qu’entreprise.

freelance utilisant son ordinateur portable

Le portage salarial : quels avantages et inconvénients pour les salariés ?

Le portage salarial est avant tout un choix fait par l’indépendant. Le choix de ce statut implique de prendre conscience de tous ses avantages et inconvénients.


Avantages pour les salariés

La liberté

Comme tout indépendant, le salarié porté bénéficie d’une grande autonomie dans son travail.


Le statut prévoit notamment qu’il est libre de choisir ses clients et de négocier ses tarifs. Il n’a de relation hiérarchique ni avec ses clients, ni avec l’entreprise de portage salarial. En d’autres termes, il est “son propre patron”. Sa seule obligation ? Mettre en place les moyens nécessaires à la bonne réalisation de ses missions.


Le salarié porté est également libre d’organiser son temps de travail. À lui de gérer ses jours de congés et ses horaires de travail.


Extrait de la convention nationale du portage salarial

La simplicité

Pour lancer son activité en portage salarial, un indépendant n’a aucune démarche à accomplir auprès de l’administration. Contrairement à un freelance “classique”, il ne dispose pas d’un numéro de SIRET et n’a pas de société à créer. Pour démarrer, l’indépendant doit simplement signer un contrat avec une entreprise de portage salarial. Cette formalité peut s’effectuer en quelques minutes, en ligne, et elle est gratuite.


En portage, l’indépendant est également exempté de comptabilité et de déclaration. L’entreprise de portage s’occupe en effet d’émettre et de collecter le paiement de ses factures libérant le salarié de toute obligation comptable. Côté déclarations, la société de portage se charge, comme un employeur traditionnel, de déclarer les revenus, régler les cotisations sociales et prend en charge le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source.


Le salarié porté n’a pas non plus besoin de créer un compte bancaire dédié. Ses salaires lui sont versés par la société de portage directement sur son compte personnel.


Enfin, contrairement au statut de la micro-entreprise, le portage salarial n’est soumis à aucun plafond de revenu. Le niveau de revenus du salarié porté pourra donc évoluer dans le temps sans nécessiter de changement de statut.


En résumé, en portage salarial, un travailleur indépendant n’aura pas besoin de faire appel ni à un comptable, ni à un avocat et la gestion administrative de son activité ne lui prendra que quelques heures par mois. Il n’aura pas non plus à créer un compte professionnel.

La protection

En portage salarial, un indépendant bénéficie des mêmes droits qu’un salarié. Il peut donc exercer son activité avec une sécurité renforcée par rapport à un indépendant qui aurait créé sa propre société.


Voici comment cela se traduit concrètement.


  • Chômage : Pendant toute son activité en portage, le salarié porté cotise à l’assurance chômage comme un salarié traditionnel. Ces cotisations lui ouvrent des droits en cas de cessation d’activité. Concrètement, tout salarié porté peut demander une rupture conventionnelle en cas de baisse de l’activité ou s’il souhaite mettre fin à son activité en portage. Dans ce cas, il bénéficiera des allocations-chômage. Le montant et la durée des aides vont varier en fonction de sa durée de cotisation et du montant qu’il a cotisé.


Un freelance hors portage salarial pourra lui bénéficier d’une aide de 800 €/mois pendant six mois s’il valide certaines conditions.


  • Retraite : Les salariés portés bénéficient également des mêmes conditions que les salariés “classiques”. Ils cotisent à la retraite de base et sont rattachés à la même caisse de retraite complémentaire que les salariés. Les freelances hors portage, sont eux rattachés à une caisse de retraite complémentaire séparée et réputée moins avantageuse.


  • Santé : En ce qui concerne la santé, les salariés portés bénéficient d’une protection complète qui combine assurance maladie, mutuelle obligatoire et prévoyance santé. Encore une fois, leur situation est identique à celle d’un salarié classique avec une protection complète.


  • Assurance : les salariés portés sont couverts par une assurance responsabilité civile pro (RC pro) incluse dans leur contrat de portage.

L’accès facilité au crédit

Soyons clairs : il n’y a pas de recette magique et infaillible pour emprunter en tant qu’indépendant.


Mais, notre expérience nous a montré qu’en respectant les trois conditions suivantes, les salariés portés voyaient en grande majorité (environ 90 %) leurs dossiers d’emprunt acceptés :

  • Avoir 4 mois d’ancienneté dans une entreprise de portage salarial ;
  • Présenter 3 bulletins de salaire lissés à présenter ;
  • Présenter une attestation de fin de période d’essai émise par la société de portage ;


Précisons d’emblée que les banquiers sauront très bien que vous êtes en portage salarial et que vous êtes indépendants (les bulletins de paie en portage indiquent le rattachement à la convention collective du portage salarial).


Capture d'écran du bulletin de paie d'un salarié porté
Exemple de fiche de paie comportant la mention “portage salarial”


Mais le portage salarial est un élément rassurant à plus d’un titre pour eux :

  • Il vous permet de bénéficier d’une couverture sociale complète en cas de problème ;
  • Il prouve que vous êtes capable de facturer plus de 300 € une journée de travail (condition d’accès au portage) ;


Si vous ne deviez retenir qu’un avantage du portage salarial par rapport à l’emprunt, c’est le gain de temps qu’il permet. Alors que les banquiers réclament aux freelances et auto-entrepreneurs une ancienneté minimum de trois ans dans leur activité, les salariés portés n’ont pas à attendre plusieurs années pour déposer un dossier de demande de crédit immobilier.

L’accompagnement

En portage salarial, l’indépendant peut bénéficier d’un accompagnement par son entreprise de portage.


Traditionnellement, les conseils prodigués concernent la fixation du TJM, la transition du salariat vers le portage et le partage de conseils pour trouver des missions. Mais les sociétés de portage peuvent aussi fournir des conseils sur des problématiques du quotidien : dossier pour un prêt immobilier, gestion des frais professionnels, mutuelle, etc.

Gaëlle, Capucine et Alexis, trois experts de l’équipe Jump

La déduction des frais professionnels

Si vous avez déjà été auto-entrepreneur, vous devez connaître la frustration de dépenser de l’argent pour une mission freelance et de ne pas pouvoir la déduire de son revenu…


En portage salarial, a contrario, il est possible de déduire des frais professionnels. Ceux-ci sont directement soustraits à votre chiffre d’affaires ce qui vous permet de ne pas payer de cotisations et d’impôts sur les montants engagés.


Inconvénients pour les salariés

On l’a vu, le portage présente un grand nombre d’avantages par rapport aux statuts freelance traditionnels. Mais, est-ce que le statut est avantageux pour tous les indépendants ? Y a-t-il des inconvénients à avoir en tête ? 

L’éligibilité limitée

La première grosse limite du portage, ce sont ses conditions d’accès.


Historiquement, le portage salarial a été créé pour favoriser le maintien dans l’emploi de cadres seniors en leur permettant de lancer une activité professionnelle indépendante dans des conditions proches du salariat. Si le statut s’est structuré et ouvert au fur et à mesure des avancées législatives sur le sujet (inscription dans le Code du travail puis création d’une convention collective…), il reste aujourd’hui soumis à des conditions d’accès assez strictes.


Les voici en détail :

  • Le portage n’est pas accessible aux professions réglementées et aux personnes exerçant dans le domaine des services à la personne.
  • Le salarié porté doit justifier d’une expertise professionnelle. En pratique, il doit prouver qu’il a une qualification Bac +2 (ou supérieur) ou qu’il a cumulé au moins trois ans d’expérience dans son domaine.
  • Enfin, le salarié porté doit facturer au moins 300 € par journée travaillée (TJM).


Extrait de la convention collective du portage salarial

Le coût du portage

Ensuite, il faut prendre en compte les coûts liés au portage.


Tout salarié porté doit d’abord s’acquitter de frais de gestion versés à son entreprise de portage. Ces frais servent notamment à compenser l’entreprise pour les ressources qu’elle met à disposition de son client (paie, facturation, produit, etc.). Chez Jump, on facture 79 €/mois quel que soit votre chiffre d’affaires. Mais chez certaines sociétés de portage, ce taux peut monter jusqu’à 15 % du chiffre d’affaires en incluant tous les frais.


Il y a ensuite les cotisations sociales. En portage salarial, un indépendant s’acquitte des cotisations sociales et patronales pour un montant total d’environ 45% du chiffre d’affaires. Si ce taux est similaire ou inférieur à de nombreux autres statuts (EURL, SASU, entreprise individuelle, etc.), il reste très supérieur au taux de cotisation des auto-entrepreneurs (qui s’élève à 23 % maximum). Cette différence s’explique notamment par le besoin pour l’État de financer la couverture sociale complète à laquelle bénéficient les salariés portés.


Si ces coûts peuvent sembler élevés de prime abord, il faut aussi les mettre en regard des économies réalisées en portage salarial :

  • Pas de frais de création de société
  • Pas de frais de comptabilité
  • Pas d’assurance à financer, etc.


La difficulté de choisir sa société de portage

Sans société de portage, pas de portage salarial possible. Et malheureusement, certains acteurs du portage ont été mis en cause ces dernières années.


Le problème ?


En France, certaines de ces sociétés prélèvent des frais qu’elles font passer pour des cotisations sociales.


Capture d’un article du Monde consacré aux dérives de certaines sociétés de portage salarial


Et malheureusement, il est parfois difficile pour un néophyte de faire la distinction entre un prélèvement légitime et un prélèvement abusif. Pour débusquer les pièges, la meilleure méthode consiste à demander une simulation avec bulletin de paie à votre future entreprise de portage salarial. En la comparant avec le bulletin généré par un ou plusieurs concurrents, vous pourrez voir les différences dans le détail.


Il peut être également compliqué d’identifier l’ensemble des services proposés par une société de portage salarial. Nous vous recommandons d’en choisir d’abord 2 ou 3 qui vous semblent fiables, puis d’examiner en détail la qualité du produit et le détail de leur offre.


Après avoir examiné le portage sous l’angle du salarié porté, étudions-le maintenant sous l’angle de l’entreprise cliente.

Quels avantages et inconvénients du portage salarial pour les entreprises ?

Le portage salarial n’existerait pas sans entreprise cliente. Voyons maintenant les avantages et inconvénients du portage salarial du point de vue de l’entreprise ainsi que ses obligations vis-à-vis du salarié porté.

Avantages pour les entreprises

La facilité d’embauche

La première grande qualité du portage salarial pour une entreprise, c’est la facilité d’embauche.


Les salariés portés ne sont pas inclus dans vos effectifs. Il n’y a donc pas de contrat de travail à établir. Un simple contrat de prestation établi avec le salarié porté et l’entreprise de portage suffit à lancer une mission.


Enfin, le risque de requalification du prestataire est très faible, notamment grâce à l’intermédiaire de la société de portage.

Les bonnes conditions de travail des partenaires

Deuxième avantage : le portage salarial permet de proposer des conditions de travail avantageuses à vos collaborateurs indépendants. Ils bénéficient d’une protection sociale optimale, d’un accompagnement par l’entreprise de portage et restent libres d’organiser leur travail de manière autonome.

La simplicité

Le portage permet une gestion simplifiée des prestataires pour l’entreprise.


Au niveau juridique d’abord. L’entreprise de portage salarial aidant l’indépendant à préparer son contrat, la contractualisation est souvent plus facile et plus rapide.


Au niveau comptable ensuite. C’est également l’entreprise de portage qui gère l’envoi des factures et en réceptionne le paiement. Les échanges sont formalisés et facilités.


Une mission proposée en portage salarial sur le site Indeed

Inconvénients pour les entreprises

L’éligibilité limitée

Pour éviter le salariat déguisé, le Code du travail encadre de manière stricte le recours au portage salarial.


Tout comme cela serait le cas dans le cas d’une relation avec un auto-entrepreneur, l’entreprise “cliente” peut prendre un risque, c’est celui d’une requalification de la relation commerciale en relation contractuelle. En d’autres termes, l’entrepreneur pourrait être considéré comme le salarié de l’entreprise pour laquelle il réalise des prestations. Ce risque disparaît dans le cadre du portage salarial, car le salarié porté justifie d’un contrat de travail avec l’entreprise de portage salarial.


La loi prévoit ainsi les deux conditions suivantes :

  • Une entreprise ne peut faire appel au portage que pour des missions ponctuelles (source) ;
  • La durée d’une mission de prestation est limitée à trois ans.

L’absence de lien hiérarchique

En portage salarial, un prestataire est libre de son organisation. Sa seule obligation est une obligation de moyens. Cela implique pour l’entreprise cliente un certain degré de confiance dans le prestataire. 


À la différence d’un salarié classique, il ne sera par exemple pas possible d’exiger d’un salarié porté de travailler sur des horaires précis ou de se conformer à toutes les règles internes de l’entreprise.



Ici s’arrête notre analyse des avantages et inconvénients du portage salarial. Des questions sur le sujet ? N’hésitez pas à nous contacter via le chat.


Dans la catégorie
Découvrir le portage
Voir d'autres articles
Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.