Devenir consultant en portage salarial - Le guide complet

Par
Kézia Varde
Sep 14, 2022

Kézia Varde est diplômée d'un Master II en droit des affaires et spécialisée dans l'accompagnement des indépendants.

Par
Kézia Varde
Sep 14, 2022

Kézia Varde est diplômée d'un Master II en droit des affaires et spécialisée dans l'accompagnement des indépendants.

Le portage salarial apparaît à la fin des années 1980 à l’initiative de consultants seniors qui veulent pouvoir poursuivre une activité professionnelle de manière indépendante en bénéficiant d’une certaine protection.


40 ans plus tard, plus de 30 000 professionnels exerceraient en portage salarial (source : rapport de branche du portage salarial 2019).


Mais, qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que le portage salarial est toujours un statut attrayant pour les consultants ? Quels avantages peut-on en attendre ?


Dans cet article nous verrons comment fonctionne le portage pour un consultant, quels sont les avantages procurés par le statut, comment anticiper son salaire en portage et enfin comment se lancer.

Qu'est-ce qu’un consultant en portage salarial ?

Pour mieux comprendre les avantages du portage salarial pour un consultant, commençons par expliquer comment il fonctionne.

Le portage salarial, c’est quoi ?

Né à la fin des années 1980, le statut du portage salarial a connu une reconnaissance légale tardive avec une première entrée dans le Code du travail en juin 2008.


Depuis, le portage salarial a été encadré par une ordonnance (ordonnance n°2015-380 du 2 avril 2015) et par une convention collective qui lui est dédiée (Convention collective du 22 mars 2017).


Les textes de lois définissent le portage comme une relation entre trois acteurs :

  • Le consultant indépendant qui recourt au portage salarial ;
  • L’entreprise cliente du consultant à qui le consultant va facturer ses missions ;
  • La société de portage salarial qui “porte” le consultant et va signer avec lui un contrat de travail en CDI ou en CDD.


Ils prévoient également plusieurs règles importantes pour l’exercice du portage salarial.


La première, c’est qu’un consultant porté est indépendant et autonome. Ses revenus ne sont pas garantis et dépendent directement des missions de conseil qu’il ou elle est capable de vendre.


La seconde, c’est que le consultant porté est autonome dans la gestion de son temps. Ni son entreprise de portage, ni l’entreprise qui fait appel à ses services ne sont en mesure de lui imposer des horaires ou des jours de travail.

Enfin, la convention collective du portage salarial prévoit que le consultant porté est libre de trouver ses clients et de négocier ses tarifs.



En résumé, un consultant en portage salarial est un consultant indépendant qui a choisi le portage pour encadrer son activité. Il reste maître de son activité tout en bénéficiant d’un contrat de travail.


Le portage salarial pour un consultant, comment ça marche ?

Au quotidien, le fonctionnement est le suivant.


Le consultant va trouver une mission de conseil. Il va formaliser le début de sa mission avec la signature d’un contrat commercial. Celui-ci est signé par l’entreprise de portage, l’entreprise cliente et le consultant.


Le consultant va ensuite facturer ses clients directement via sa société de portage. C’est cette dernière qui va encaisser les paiements.


L’entreprise de portage salarial va ensuite, comme un employeur traditionnel, déclarer et régler les charges sociales dues par le salarié porté. Ce sont ces cotisations qui vont financer la protection sociale du consultant.


Enfin, une fois ces charges réglées, l’entreprise de portage va mettre à disposition du consultant porté le montant restant. Le consultant est ensuite libre de se le verser sous forme de salaire quand il le souhaite.


Dit autrement, la société de portage salarial permet à un consultant indépendant de transformer son chiffre d’affaires en bulletin de paie.

Quels sont les avantages à passer par le portage salarial en tant que consultant ?

Mais quels sont les avantages de passer par une entreprise de portage salarial quand on est consultant indépendant ? Pourquoi ne pas créer plutôt sa propre société ?


En tant que consultant, le portage permet de bénéficier d’un certain nombre d’avantages habituellement réservés aux salariés.


Le premier, c’est de bénéficier d’un contrat de travail et de fiches de paie. C’est notamment très pratique si on souhaite emprunter pour financer un bien immobilier ou tout simplement pour pouvoir louer un logement plus facilement.


Le deuxième avantage, c’est de pouvoir bénéficier d’une protection complète. Le portage salarial donne effectivement accès aux mêmes droits sociaux qu’un salarié du privé : sécurité sociale, chômage, retraite et prévoyance. Le Code du travail prévoit également une assurance responsabilité civile professionnelle obligatoire pour tout salarié porté qui le protège en cas de problème durant une mission.


La troisième, c’est le faible poids des tâches administratives. Contrairement à un consultant qui aurait monté sa propre structure (SASU, EURL, etc.), un consultant porté n’a aucune obligation de comptabilité, il n’a pas besoin non plus d’ouvrir un compte bancaire professionnel ou de déposer un capital et il n’a aucune structure juridique à déclarer. Autrement dit, un consultant porté bénéficie d’un certain confort.


Le portage salarial permet également d’échapper aux plafonds de revenu du statut d’auto-entrepreneur. En portage, il n’y a en effet aucune limite de chiffre d’affaires.


Enfin, le portage salarial permet à un consultant de bénéficier de l’accompagnement de sa société de portage. Celle-ci peut notamment l’aiguiller pour trouver ses clients, pour régler une situation conflictuelle avec un client ou encore pour l’aider à optimiser son activité.


En parallèle de ces avantages habituellement réservés à un salarié traditionnel, le consultant porté bénéficie de la même liberté qu’un consultant freelance. Il reste libre d’organiser son travail et de trouver des missions qui l’enthousiasment.



À savoir : Le portage salarial offre également un cadre réglementé aux entreprises clientes du consultant en excluant le délit de marchandage, la main-d’œuvre illicite et en leur permettant de maîtriser leurs coûts.


Une offre d’emploi de consultant mentionnant la possibilité de passer par le portage salarial. Source : Indeed.


Prêt à sauter le pas ? Voyons maintenant comment le statut impacte votre salaire.

Quel salaire pour un consultant en portage salarial ?

Nous avons vu jusqu’à maintenant les avantages de passer en portage salarial pour un consultant indépendant. Mais qu’en est-il du salaire en portage salarial ? Comment est-il calculé ? Comment l’estimer ?


Pour déterminer votre salaire en portage, il faut partir de votre chiffre d’affaires estimé duquel on va ensuite déduire vos coûts.


Première étape du calcul : on déduit du chiffre d’affaires les frais professionnels. Ceux-ci seront en effet exclus du calcul des charges et des frais de portage.


On retire ensuite de votre chiffre d’affaires les charges suivantes :

  • Les frais de gestion de l’entreprise de portage salarial (99 euros par mois pour Jump)
  • Les prélèvements sociaux. Ces prélèvements correspondent aux charges salariales payées par tous les salariés et aux charges patronales (habituellement payées par l’employeur). C’est ces prélèvements qui financent la protection sociale du consultant porté.
  • On peut enfin déduire l’impôt prélevé à la source


En règle générale, on estime que les consultants en portage salarial peuvent se reverser un peu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires sous forme de salaire une fois les différentes charges déduites.


Vous pouvez estimer votre propre revenu en portage sur cette page.



Quelles sont les étapes pour devenir consultant en portage salarial ?

Penchons-nous maintenant sur les différentes étapes pour devenir consultant en portage salarial. Tout d’abord, quelles sont les conditions d’accès au portage salarial ?

Les conditions d’accès au portage

La convention collective du portage salarial fixe deux conditions d’accès au statut.


Le texte pose d’abord une obligation de qualification : “Le salarié porté dispose au minimum d'une qualification professionnelle de niveau III, conformément aux dispositions issues de la circulaire relative à la nomenclature interministérielle par niveau (1), ou d'une expérience significative d'au moins 3 ans dans le même secteur d'activité.” En d’autres termes, pour prétendre au portage salarial, un consultant doit justifier d’une expérience de 3 ans dans son domaine ou d’un diplôme de niveau Bac +2.


La convention définit ensuite une condition d’expertise : “Le salarié porté dispose d'une expertise particulière constituée d'un ensemble de compétences et de savoirs spécifiques dans son domaine.” Cette deuxième condition correspondant plus ou moins directement à la définition d’un consultant, elle ne devrait pas constituer un frein au passage en portage salarial.


Si vous ne validez pas ces deux critères, aucune société de portage salarial ne pourra vous embaucher.


Les étapes de lancement

Pour pouvoir vous lancer en tant que consultant en portage salarial, vous devez d’abord effectuer les démarches classiques d’un consultant qui démarre en freelance :

  1. Définir votre offre de services : cette étape consiste à faire le point sur votre expertise et à délimiter les prestations que vous allez proposer à vos futurs clients.
  2. Déterminer vos tarifs : à cette étape, vous fixez votre taux journalier moyen (TJM), et le prix ou les forfaits par type de mission. 
  3. Préparez vos documents commerciaux : si vous avez besoin de démarcher des clients, vous devrez également prévoir des cartes de visite, une proposition commerciale type, un modèle de devis, etc.


Une fois ces trois étapes validées, vous pouvez vous lancer dans la recherche de clients. Là encore, la démarche sera identique à celle de tout consultant indépendant.


Une fois votre premier client trouvé, vous pouvez contacter une société de portage salarial.


C’est à cette étape que le parcours diverge d’un consultant traditionnel. Voyons en détail les trois étapes clés :


  1. Signature du contrat commercial. La société de portage va vous aider à préparer un contrat commercial. Celui-ci décrit les conditions de réalisation de votre mission (objectif, mode de facturation du client, montant facturé, gestion des frais professionnels, date de démarrage de la prestation, etc.). Ce contrat est ensuite signé par le consultant, l’entreprise de portage et l’entreprise cliente.
  2. Signature du contrat de travail. Une fois le contrat commercial signé, la société de portage soumet un contrat de travail pour signature. Celui-ci prend effet lorsque votre mission démarre.
  3. Démarrage de la mission. La prestation de conseil démarre à la date prévue par le contrat commercial.