Portage salarial ou auto-entrepreneur : quel est le meilleur statut ?

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 22, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Par
Pierre-Jean Fabas
Oct 22, 2021

Pierre-Jean Fabas est formateur pour adultes en droit social et techniques de paie depuis 20 ans.

Selon l’INSEE, de plus en plus de Français sautent le pas de la création d’entreprise chaque année. En 2020, l’organisme a recensé 848 200 créations d’entreprises.

Mais pour un indépendant la création d’une société relève toujours du parcours du combattant. Immatriculation de l’entreprise, dépôt de capital social, ouverture d’un compte bancaire, etc. sont autant d’obstacles à surmonter.

Dans ce contexte, le portage salarial et l’auto-entreprise permettent un lancement simplifié. Avec ces deux statuts, plus besoin de formalités complexes pour lancer son activité.

Mais quelles sont les différences entre les deux statuts ? Quels critères prendre en compte pour faire son choix ?


Le salarié porté L’auto-entrepreneur
Eligibilité  Limitée (TJM minimum, liste de métiers encadrée) Très large
Limite de chiffre d’affaires  Aucune   Deux plafonds : un pour la TVA (qui oblige à collector et reverser la TVA) et un autre qui oblige à changer de statut et basculer vers le régime “entreprise individuelle” avec un régime social et fiscal moins favorable
 Formalités A la création : enregistrement auprès de la société de portage. 

Au quotidien : déclaration des frais pros, fixation de son salaire mensuel
A la création : enregistrement de l’activité (gratuit, sous 15 jours environ).

 Au quotidien : déclarations de revenus auprès de l’URSSAF, déclaration et paiement de la TVA si plafond de TVA atteint.
Protection sociale Retraite, Assurance maladie, Assurance Chômage, Mutuelle obligatoire, Prévoyance obligatoire, Assurance RC pro incluse Retraite, Assurance maladie, Chômage restreint (800 €/mois pendant 6 mois max, sous conditions)
Frais professionnels Déduction possible  Pas de déduction possible 
Conditions d’emprunt  Souples : 3 bulletins de salaire Restreintes : 3 bilans d’activité à présenter minimum 
Montant des charges  45% du chiffre d'affaires environ  Entre 13 et 25% selon l’activité

Portage et auto-entreprise, pour qui ?

Avant d’aller plus loin dans la comparaison, il est important de comprendre qui peut faire appel au portage salarial et à l’auto-entreprise.

Les deux statuts sont adaptés à une activité indépendante, sans ambition de recrutement. Parfait pour un freelance ou un indépendant. Moins idéal pour quelqu’un qui a l’ambition de monter une entreprise.

Le portage et le statut d’auto-entrepreneur offrent tous les deux la même liberté. Sous ces deux statuts, le travailleur indépendant est en effet libre de choisir ses clients, de négocier ses tarifs, d’organiser son temps de travail et ses congés. Il est son propre patron.

Enfin, les deux régimes permettent de lancer une activité indépendante rapidement (en quelques heures pour le portage salarial, en quelques jours pour la micro-entreprise). Ils ne nécessitent pas de créer une société, ce qui rend la gestion administrative beaucoup plus simple au quotidien.


Portage salarial : avantages et inconvénients

Créé à la fin des années 1980, le portage salarial compterait environ 100 000 indépendants aujourd’hui. Mais qu’est-ce qui fait l’attrait du portage salarial ? En quoi peut-il être un statut avantageux ?

Qu'est-ce que le portage salarial ?

Pour bien comprendre les avantages et les inconvénients de ce statut, commençons par détailler en quoi il consiste.

En portage salarial, quatre acteurs sont impliqués :

  1. Le salarié porté. Celui-ci va faire appel à une entreprise de portage salarial pour faire le lien entre son entreprise cliente et lui-même.
  2. L’entreprise de portage salarial qui embauche le salarié porté. Elle va notamment s’occuper d’encaisser les revenus de mission du salarié porté et de reverser ces revenus sous forme de salaire au salarié.
  3. L’entreprise cliente qui va faire appel au salarié porté pour une mission ponctuelle
  4. L’État et les organismes sociaux à qui l’entreprise de portage salarial va régler les cotisations et les impôts dont est redevable le salarié porté.


Plus concrètement, le portage permet à un travailleur indépendant de bénéficier d’un contrat de travail en CDD ou en CDI, tout en conservant sa liberté.

Quels sont les avantages du portage salarial pour les indépendants ?

Le portage salarial offre de nombreux avantages aux indépendants :

  • Un lancement rapide de son activité : pas de société à créer et à immatriculer. Il suffit de rejoindre une entreprise de portage salarial. Vous pouvez démarrer une activité indépendante en quelques heures.
  • Une protection sociale à 360° : le portage salarial permet de cotiser aux différents organismes de protection sociale et ainsi de bénéficier d’une protection identique à celle des salariés (assurance maladie, chômage, retraite).
  • Un contrat de travail et des bulletins de salaire : en portage salarial, le freelance bénéficie d’un vrai contrat de travail en CDI ou en CDD et reçoit des bulletins de salaire chaque mois, comme un salarié traditionnel. Cela peut notamment aider en cas de projet immobilier.
  • Une gestion simplifiée : pour lancer son activité, il suffit de contacter une société de portage salarial (veillez à bien choisir votre société de portage salarial), de signer un contrat de travail et un premier contrat de mission avec elle et vous pouvez démarrer. Le portage salarial ne requiert pas non plus de tenir une comptabilité ou de déclarer ses revenus. Votre société de portage s’en occupe pour vous.
  • Une déduction des frais professionnels : en portage salarial, vous pouvez déduire des frais de mission (facturés aux clients) et des frais de fonctionnement (payés de votre poche). Ces frais échappent aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu.
  • Un accompagnement : en tant que salarié porté, vous bénéficiez d’un accompagnement par votre société de portage salarial. Celle-ci peut vous aider à fixer votre rémunération, vous conseiller pour préparer un projet immobilier ou encore jouer le rôle de médiateur en cas de difficultés avec un de vos clients.


Pourquoi le portage salarial n'est pas toujours adapté à un indépendant ?

Évidemment, le portage salarial n’est pas un statut parfait. Dans certains cas, il n’est tout simplement pas adapté. Voyons ses inconvénients principaux :

  • Le portage salarial n’est pas ouvert à tous : la convention collective du portage salarial restreint le statut à certains métiers. Il est notamment interdit pour les métiers de service à la personne (les gardes d’enfant à domicile, les auxiliaires de vie sociale, etc.), pour les professions réglementées (avocat, comptable, médecin, etc.) et pour les métiers de la vente. Le statut exige également un BAC +2 ou trois ans d’expérience dans son domaine. Enfin, les salariés portés doivent facturer un TJM minimum (fixé à 300 euros chez Jump).
  • Le portage salarial peut coûter cher : dans les coûts à anticiper, il y a notamment les frais de la société de portage (79 euros hors taxes par mois chez Jump) et les charges sociales (environ 45% de votre chiffre d’affaires).
  • Le portage salarial ne permet pas d’emprunter : en tant que salarié porté, vous n’avez pas de société à votre nous. Il peut donc être compliqué d’emprunter pour financer des investissements liés à votre activité.


Micro entreprise : avantages et inconvénients

Maintenant que nous avons étudié le portage salarial, il est temps de se pencher sur le statut d’auto-entrepreneur. Quelles sont les différences avec le portage salarial ? Dans quelles situations est-il plus avantageux ?

Qu'est-ce que le statut d’auto-entrepreneur ?

Le régime auto-entrepreneur (officiellement micro-entrepreneur), a été créé en 2008 pour favoriser l’entrepreneuriat en simplifiant les tâches administratives. On compte aujourd’hui plus d’un million d’auto-entrepreneurs en France.

Mais pourquoi un tel engouement pour ce statut ? Est-il plus avantageux que le portage salarial ? Si oui, dans quelles conditions ?

Quels sont les avantages de l'auto-entreprise ?

Le principal avantage du statut d’ auto-entrepreneur, c’est le faible niveau de charges qui y est associé. Quand un salarié porté reverse environ 45% de charges sociales, l’ auto-entrepreneur n’en verse qu’entre 13 et 23% environ selon son activité. C’est autant d’argent en plus qui vous revient directement et c’est un point qu’apprécient notamment beaucoup de jeunes créateurs d’entreprise.

Le deuxième avantage clé, c’est la simplicité des démarches administratives. À la différence des autres statuts d’indépendant (EURL, SASU, etc.), vous n’avez pas d’obligation comptable détaillée et pas de société à immatriculer. En revanche, à la différence du portage salarial, vous devrez déclarer vos revenus auprès de l’URSSAF et assurer une comptabilité de base.

Quelles sont les limites de la micro entreprise ?

Si le statut auto-entrepreneur est très peu coûteux, il peut se révéler limité à l’usage.

Voici quelques-uns des principaux inconvénients qu’il présente :

  • Une protection limitée : si les cotisations sont plutôt basses en portage salarial, c’est aussi parce que la protection dont bénéficie un auto-entrepreneur est limitée. C’est particulièrement évident en cas de cessation d’activité : l’auto-entrepreneur n’est pas éligible à l'assurance chômage. Il peut seulement toucher 800 € par mois pendant 6 mois s’il respecte certaines conditions restrictives fixées par Pôle emploi. L’auto-entrepreneur n’a pas non plus l’obligation de souscrire une mutuelle, ce qui peut peser en cas de souci de santé.
  • Un chiffre d’affaires plafonné : le statut d’auto-entrepreneur est encadré par deux plafonds de chiffre d’affaires. Le premier déclenche l’obligation de collecter la TVA (et implique des déclarations supplémentaires) tandis que le deuxième oblige à chercher un autre statut. La valeur de ces deux plafonds dépend de votre activité. C’est l’un des points limitants du statut d’auto-entrepreneur : si votre activité se développe, vous serez sans doute amené à devoir changer de statut.
  • L’impossibilité de déduire ses frais professionnels. En auto-entreprise, pas possible de déduire des frais professionnels de votre chiffre d’affaires. Cette limite est particulièrement handicapante si votre activité professionnelle implique de grosses dépenses au quotidien.
  • L’engagement du patrimoine personnel : l’auto-entrepreneur est responsable des dettes qu’il contracte sur son patrimoine personnel. En cas de mauvaise gestion, l’indépendant peut y laisser une partie de son propre patrimoine (le régime de l’auto-entrepreneur n’étant qu’une variante du régime de l’entrepreneur individuel).


Pour résumer, le principal avantage du statut d’auto-entrepreneur c’est son coût très faible qui peut le rendre plus avantageux que le portage salarial pour un lancement d’activité.


Mais les plafonds sur le chiffre d’affaires peuvent limiter la croissance de l’activité et impliquer des tâches supplémentaires au quotidien (déclaration de TVA notamment). L’absence de réelle protection sociale peut également peser au quotidien.


Cumul micro-entreprise et portage salarial

Si vous hésitez encore, sachez que vous pouvez également cumuler les deux statuts !

Certains indépendants choisissent en effet de facturer certains clients sur leur statut d’auto-entrepreneur et d’autres via leur entreprise de portage salarial (par exemple pour les activités exclues du champ du portage salarial), leur permettant ainsi de cumuler les revenus en tant que salarié porté avec ceux d'une activité non-salariée.

Ce montant leur permet de combiner les avantages de chaque statut et d’éviter d’atteindre les plafonds du statut d’auto-entrepreneur.


Conclusion : six questions à se poser pour choisir le meilleur statut

Besoin d’aide pour choisir le meilleur statut ? Nous vous proposons de répondre aux questions suivantes pour vous aider.

Est-ce que votre métier est éligible au portage salarial ?

Si votre activité n’est pas éligible au portage, le choix sera facile.

Quel chiffre d'affaires pensez-vous réaliser ?

Confronter votre chiffre d’affaires aux plafonds du statut d’auto-entrepreneur vous permet de voir si votre activité sera freinée. Dans ce cas, vous avez intérêt à opter pour le portage salarial ou à combiner les deux statuts.

Envisagez-vous une activité continue ?

Le portage salarial est particulièrement indiqué pour des activités maintenues dans le temps. Si vous faites simplement quelques missions d’indépendant de temps en temps, l’auto-entreprise sera plus adaptée.

Avez-vous beaucoup de frais professionnels ?

Pour rappel, les frais professionnels ne sont pas déductibles en auto-entreprise. Selon les montants que vous avez à investir, le portage salarial pourra se révéler plus intéressant.

De quel niveau de protection souhaitez-vous bénéficier ?

Êtes-vous plutôt du genre aventureux ? Prudent ? En tant qu’auto-entrepreneur, vous allez bénéficier d’une protection chômage faible et d’une retraite moins généreuse. Si vous êtes plutôt du genre prudent, le portage salarial sera probablement plus intéressant pour vous.

Avez-vous un projet immobilier ?

Emprunter en tant qu’auto-entrepreneur s’apparente souvent à un parcours du combattant. Les banquiers exigent a minima trois ans d’ancienneté dans son activité et trois bilans positifs qui prouvent la bonne santé de votre activité. Ils sont en général plus souples avec les salariés portés à qui on demande les trois derniers bulletins de salaire et une attestation de fin de période d’essai. À chiffre d'affaires égal, le portage salarial vous permettra d'emprunter avec moins d'historique.


Voir d'autres articles
Inscrivez-vous à la newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.