Devenir graphiste freelance : Le guide ultime

Par
Grégoire d'Aboville
Jul 4, 2022

Grégoire d'Aboville est responsable marketing chez Jump

Par
Grégoire d'Aboville
Jul 4, 2022

Grégoire d'Aboville est responsable marketing chez Jump

D’après une étude 404works réalisée en 2020, le métier de graphiste est le deuxième métier le plus représenté chez les indépendants. 

  

Pour autant, cette popularité ne doit pas cacher les difficultés à se lancer en tant que graphiste freelance. Quelle formation choisir ? Quels avantages attendre ? Quel salaire ? Avec quel statut ?

Dans cet article, nous vous proposons des réponses concrètes à toutes ces questions.

Notre objectif : vous permettre de vous lancer rapidement et sereinement.

C’est quoi un graphiste freelance ?

Avant d’aborder les éléments clés du sujet, commençons par poser les bases : c’est quoi un graphiste freelance ? 

Un graphiste est un spécialiste des arts graphiques (illustrations, dessin, typographie, …), c’est un professionnel de la communication visuelle.

En tant que freelance, un graphiste travaille à son compte pour des entreprises ou pour des services de sous-traitance pour des agences de communication. 

Selon les contrats qu’il a, un graphiste freelance va être amené à réaliser différents visuels comme des affiches, des logos ou encore des sites web. 

Pour exercer son métier, un graphiste à son compte doit avoir une parfaite maîtrise des logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur) tels que InDesign, Illustrator, ou encore Photoshop. 

On peut retrouver deux catégories de designers freelance, le graphiste print ou celui digital :

  • Le graphiste freelance print va se concentrer sur la communication offline, c'est-à-dire tout ce qui est flyers, plaquette de communication, brochure, carte de visite.  
  • Le graphiste freelance digital (ou webdesigner) va quant à lui créer des supports de communication online, il va par exemple créer des chartes graphiques web, des newsletters ou des designs d’interfaces de sites web. 

Quelles sont les missions d’un graphiste freelance ?

L’objectif principal d’un graphiste indépendant est de retranscrire à travers des visuels le message du client pour lequel il effectue la mission.  

Lors de la réalisation de la mission, le designer va être amené à :

  • Analyser la demande du client pour comprendre au mieux ses attentes pour pouvoir réaliser le visuel ;  
  • Créer une charte graphique en définissant les normes graphiques à utiliser telles que la typographie, la palette de couleurs, la mise en forme du visuel ;
  • Concevoir une identité visuelle propre au client, cela correspond à la carte d’identité graphique du client qui lui permet d’être reconnu. C’est grâce à la création de la charte graphique que l’identité visuelle du client peut être élaborée. 
  • Et s’assurer du rendu final, c'est-à-dire garantir l’impression du visuel pour les missions print ou garantir le rendu web pour les missions digitales ;

Les missions d'un graphiste vous donnent envie ? Intéressons-nous désormais aux compétences et formations nécessaires pour devenir graphiste freelance. 

Comment devenir graphiste freelance ?

Quelles sont compétences à avoir pour se lancer en tant que graphiste à son compte ? 

Pour pouvoir réaliser vos missions de graphiste indépendant avec succès, vous devez avoir et maitriser différentes compétences aussi bien des compétences techniques et celles humaines. 

Sur le plan des compétences techniques, vous devez maitriser les outils de graphisme, aussi appelés logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur), comme InDesign, Photoshop ou encore Affinity Publishe.

Au niveau des qualités humaines, certaines vous seront essentielles vous votre activité de graphiste freelance :

  • Être créatif, il sera plus facile pour vous d’exercer ce métier, la création étant l’une des bases du graphisme ;
  • Être à l’écoute des clients pour pouvoir analyser leurs demandes et répondre à leurs attentes ;
  • Être organisé pour gérer toute la partie commerciale de votre activité, aussi bien le relationnel avec vos clients que la gestion de vos missions.

Vous disposez de toutes ces compétences ? Voyons maintenant quels parcours vont vous permettent de les compléter pour devenir graphiste freelance 

Quelles études ou formations pour devenir graphiste freelance ?

Il existe différents types de parcours qui vous permettent de devenir graphiste. 

Pour devenir graphiste freelance, vous pouvez vous tourner vers des études qui vous permettront d’obtenir un diplôme de graphiste. 

Cependant, le métier de graphiste n’étant pas règlementé, vous pouvez aussi très bien choisir de suivre des formations en ligne et de vous autoformer aux techniques, outils et logiciels de ce métier. 

Les diplômes qui permettent de se lancer en graphisme

Quelles études pour devenir graphiste indépendant ?

Vous pouvez obtenir un diplôme de graphiste à partir de Bac +2.

Au niveau Bac +2, vous avez la possibilité de suivre un BTS expression visuelle, communication visuelle, multimédia, option graphisme édition publicité pour obtenir votre diplôme de graphiste. 

Au niveau Bac +3, plus de choix s’offrent à vous :

  • Une licence professionnelle en communication visuelle ou en métier du design ;
  • Un bachelor en graphisme ;
  • Un DNA (diplôme national d’art) option art, option communication ou encore option design ;
  • Un DN MADE (diplôme national des métiers d’art et du design) avec différentes mentions, graphisme, innovation graphique, numérique ;

Au niveau Bac +5 vous trouverez également différents cursus

  • Un DSAA (diplôme supérieur d’arts appliqués) en graphisme (Pour avoir un DSAA vous devez détenir un DNA ou DN MADE) ;
  • Un DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) option communication ou option design ;
  • Un master en graphisme ;

Notez qu’il existe également des grandes écoles qui forment aux métiers du design. Parmi elles on peut compte notamment l’école de l’image Gobelins, Strate École de  design, LISAA (L’Institut Supérieur des Arts Appliqués) ou encore l’IIM Digital School Paris.  

Ces écoles vous permettront de vous spécialiser davantage dans certains domaines. Par exemple, l’école de l’image Gobelins est reconnue pour la 3D et le motion design, tandis que Strate École de Design est plus réputée pour l’UX et le design thinking.

Devenir designer indépendant est possible grâce à l'obtention d’un diplôme, mais ce n’est pas le seul moyen, regardons à présent comment vous pouvez vous autoformer. 

Un aperçu du campus de Strate à Lyon

Les formations pour se lancer en tant que graphiste

Le métier de graphiste n’est pas réglementé, vous pouvez donc devenir designer sans diplôme en vous autoformant via des formations en ligne, des vidéos ou des contenus de plateformes spécialisées dans le graphisme par exemple.

Si vous souhaitez suivre une formation en ligne, vous pouvez notamment regarder les cours proposés par la plateforme Studi. Vous y trouverez des formations en design réalisées en partenariat avec LISAA et Digital Campus. Les formations dispensées sont diplômantes (Bac à Bac+3) ou simplement certifiantes (Photoshop, InDesign, Illustrator, …).

Si vous décidez de vous autoformer au métier de graphiste, nous vous conseillons également de passer du temps sur Behance, Dribbble, Awwwards pour vous imprégner des dernières tendances. Sur Behance et Dribbble, vous pourrez consulter des portfolios de graphistes du monde entier et ainsi nourrir votre inspiration. Awwwards quant à lui recense des designs sélectionnés et mis en avant par des designers réputés et permet de voir ce qui se fait de mieux dans le domaine.

Capture d’écran de la homepage du site awwwards

Vous avez choisi la manière avec laquelle vous allez devenir graphiste, voyons maintenant les avantages dont vous allez pouvoir bénéficier en devenant graphiste freelance. 

Quels sont les avantages d’être graphiste indépendant ?

Vous lancer à votre compte vous permet d’accéder à des avantages que vous ne pourriez pas avoir en étant salarié. Détaillons lesquels.

Liberté et Flexibilité 

En devenant graphiste freelance, vous devenez votre propre patron et cela vous donne le droit de travailler et d’organiser votre travail à votre manière. 

Tant que vous respectez les conditions et les deadlines de vos missions pour vos clients, vous pouvez travailler comme vous l’entendez.

En passant à votre compte, vous disposez de plus de liberté dans votre travail, vous pouvez travailler d’où vous le voulez et comme vous en avez envie. 

Être votre propre patron vous permet également d’avoir une grande flexibilité,  notamment au niveau de la gestion de votre emploi du temps. Une enquête menée en partenariat par Malt et le BCG auprès de freelances français rapporte que 85% d’entre eux valorisent l’autonomie dans la gestion de leur emploi du temps. 

Capture d’écran de l’étude BCG/MALT “Les freelances du numérique en Europe”

Choix de ses missions

En devenant indépendant, vous avez la possibilité de choisir vous-même vos missions et les clients avec lesquels vous voulez travailler. Vous pouvez également vous spécialiser dans un domaine (illustration, brand design, etc.) ou dans une catégorie de clientèle par exemple (startups, PMEs, grands groupes). 

Dans l’enquête que nous citions précédemment, 78% des indépendants basés en France estiment que le libre choix de leurs missions est un des avantages clés de leur statut.

Choix de son niveau rémunération

Un des derniers avantages clés à devenir graphiste indépendant est le choix de sa rémunération. 

Vous êtes libre de négocier vos tarifs et de refuser une mission si sa rémunération ne vous paraît pas à la hauteur.

Quelques inconvénients

Même si les avantages sont nombreux, il existe tout de même quelques inconvénients à être freelance. 

Tout d’abord, en devenant freelance, vous vous exposez à un manque de sécurité financière. Vos revenus ne sont pas garantis donc vous ne disposez pas de la même sécurité que si vous étiez en CDI. 

En devenant designer indépendant, vous faites également face à un manque de protection sociale. Vous ne bénéficierez pas d’une protection  chômage (sauf exception) et le régime de protection auquel vous pouvez être rattaché est souvent moins avantageux que celui auquel est rattaché un salarié. 

Vous devrez par ailleurs prendre en charge la gestion administrative de votre activité (comptabilité, démarches juridiques, Urssaf, etc.).

Vous avez choisi de vous lancer en tant qu’indépendant ? Il est maintenant temps pour vous de déterminer votre statut pour exercer votre activité de graphiste.

Quel est le meilleur statut pour un graphiste freelance ?

En devenant indépendant, vous allez devoir choisir le statut juridique avec lequel vous allez exercer votre activité. 

Vous avez la possibilité de choisir entre différents statuts. 

Artiste-auteur

L’une des premières possibilités qui se présente à vous est le statut d’artiste-auteur. 

En choisissant le statut d’artiste-auteur, vous pourrez bénéficier d’une TVA à taux réduit (10%), d’une exonération de la taxe professionnelle, de bénéfices taxés sur le barème progressif de l’impôt sur le revenu et de cotisations sociales limitées qui sont calculées sur la base du bénéfice imposable. 

Cependant, le statut d’artiste-auteur a aussi ses limites :

  • Vous devrez justifier d’un revenu suffisant pour être adhérent d’une caisse de sécurité sociale ;
  • Vous aurez une couverture sociale qui ne prend pas en charge l’accident du travail, la maladie professionnelle et le chômage ; 
  • En cas de faillite, vos biens personnels pourront être saisis. 

Si vous souhaitez avoir le statut artiste-auteur, vous devez répondre à deux conditions. 

  • Les revenus liés à vos activités ne doivent provenir que de trois sources : vos créations, la cession de vos œuvres et la reproduction des œuvres.
  • Et vous devez avoir un revenu minimum qui s’établit à 8 749€ par an. 

Pour vous inscrire en tant qu’artiste-auteur, voici les différentes démarches que vous devez effectuer. 

Sur le plan social, vous devez vous déclarer à :

  • La Maison des artistes (MDA) pour tout ce qui est œuvres graphiques ou plastiques
  • Ou à l’Association pour la gestion de la sécurité des auteurs (Agessa) pour les photographes, illustrateurs s’écrits, auteurs et auteurs de logiciels

Au niveau fiscal, vous devez : 

  • Vous inscrire à votre centre des impôts comme travailleur indépendant
  • Vous devez déclarer vos revenus sous la forme de bénéfices non commerciaux
  • Et vous devez vous inscrire auprès de l’URSSAF.

Auto-entrepreneur

Il vous est également possible de vous lancer en tant qu’auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur)

Dans ce cas, vous bénéficierez :

  • De démarches administratives simplifiées (comptabilité simplifiée, pas de compte bancaire professionnel nécessaire, etc.) ;
  • D’une création gratuite et rapide de votre statut ;
  • D’un taux de charges réduit (22% du chiffre d’affaires pour les graphistes indépendants) ;

Évidemment, le statut a aussi ses limites :

  • Votre chiffre d'affaires ne pourra dépasser un plafond fixé à 72 500€ Si avec votre activité vous dépassez ce plafond, vous devrez alors faire évoluer votre statut et passer en entreprise individuelle ou bien changer de statut ;
  • Vous ne pourrez pas déduire de frais professionnels ;
  • Vous pourrez difficilement embaucher ou sous-traiter.

Pour créer votre micro-entreprise, vous pouvez vous rendre sur le portail mis à disposition par l’Urssaf.

Sociétés (EURL et SASU)

Si vous avez l’ambition de dépasser le plafond de l’auto-entreprise ou si vous avez l’intention de faire croître votre activité, vous pouvez également créer une société. Dans ce cas, vous deviendrez chef d’entreprise !

Vous bénéficierez alors d’une structure qui vous permet :

  • D’embaucher et de sous-traiter ;
  • De déduire vos frais professionnels ;
  • De céder votre activité à terme ;

En revanche, ces avantages se font aux pris de contraintes supplémentaires :

  • Les sociétés unipersonnelles impliquent des formalités de création et de clôture plus complexes et coûteuses ;
  • Vous devrez également tenir une comptabilité détaillée (le recours à un comptable est fortement recommandé) ;
  • Vous serez soumis à un montant de charges plus élevé qu’en auto-entreprise ;

Portage salarial

Une dernière possibilité s’offre à vous : le portage salarial.

Le portage salarial repose sur une relation tripartie entre le freelance, l’entreprise de portage et les entreprises pour lesquelles le freelance réalise des missions.

Si vous choisissez le portage salarial, vous cherchez vous-mêmes vos missions et fixez vos tarifs comme n’importe quel freelance, mais vous bénéficiez en même temps d’avantages similaires à ceux d’un salarié classique. 

En choisissant le portage, vous bénéficierez :

  • D’un statut rapide (24-48h) et facile à mettre en place. 
  • D’un contrat de travail en CDI avec la société de portage qui vous donne accès une protection sociale identique à celle d’un salarié et une facilité à emprunter. 
  • D’une quasi absence de démarches administratives (gérées par votre société de portage)
  • De la possibilité de déduire vos frais professionnels.

Le portage salarial comprend tout de même certaines limites :

  • Pour être éligible, vous devez justifier d’un Bac +2 ou de 3 ans d’expérience professionnelle dans votre domaine ;
  • Vous devez facturer plus de 250 € par journée de travail ;
  • Vous ne pourrez pas embaucher.

Vous avez choisi votre statut, voyons maintenant quel salaire vous allez pouvoir percevoir en devenant graphiste freelance.

Quel est le salaire d’un graphiste freelance ? 

En devenant graphiste indépendant, vous allez fixer vous-même les tarifs de vos prestations. 

Pour fixer vos tarifs, vous devez prendre en compte plusieurs critères : :

  • Le client pour lequel vous allez travailler (Est-ce une grosse entreprise avec des moyens conséquents ? Une association dont le projet vous tient à cœur ?) ;
  • La mission que vous allez effectuer ;
  • Les compétences que vous allez devoir utiliser pour réaliser la mission (Sont-elles de compétences rares et donc plus faciles à valoriser sur votre devis) ;
  • Les charges liées à votre activité ;
  • et la notoriété qui peut aussi être un élément qui rentre en compte pour fixer vos tarifs ;

Pour aller plus loin, vous pouvez également consulter le baromètre des tarifs freelances des graphistes et photographes établi par Malt. Ce baromètre vous donne une grille des tarifs par niveau d’expérience. 

Par exemple, d’après ce baromètre, un graphiste freelance expérimenté peut s’attendre à un tarif jour moyen de 402 €. Cette base est indicative : n’hésitez pas à ajuster en fonction de vos spécificités.

Capture d’écran de la grille tarifaire de Malt pour les graphistes et photographes

Vous pouvez également aller observer les tarifs pratiqués par des graphistes au profil proche du vôtre (expertise, séniorité, localisation) sur les plateformes de freelancing pour vous faire une idée plus précise.

Vos tarifs établis, vous pouvez désormais vous lancer dans la prospection de clients.

Comment trouver ses premiers clients et ses premières missions ?

Vous avez choisi votre statut juridique et fixé vos tarifs, il est maintenant temps pour vous de vous lancer dans la recherche de vos premiers clients et de vos premières missions.  

Être présent sur le web

Avant de commencer à partir dans vos recherches de clients, vous devez vous assurer que vous êtes bien présent en ligne. 

Pour cela, vous pouvez effectuer différentes démarches pour garantir votre présence sur le web : 

  • Créer un site internet et une page Google My Business pour être référencé et de ressortir dans les recherches locales type “graphiste Paris” ; 
  • Créer un portfolio et constituer votre réseau sur Behance et Dribbble pour être remarqué par vos pairs, mais également par de potentiels clients qui pourront voir les créations que vous avez effectuées dans le passé ;

Capture d’écran du profil Dribbble d'un designer senior

  • Être actif sur vos réseaux tel que LinkedIn. En publiant régulièrement sur celui-ci, vous aurez plus de chance d’être repéré par d’éventuels clients.

Maintenant que vous êtes bien présent en ligne, vous pouvez vous consacrer à la recherche de vos clients 

Trouver ses clients et ses missions 

Vous êtes désormais référencé sur le web, vous pouvez entamer la phase de démarchage. 

Il existe plusieurs méthodes pour trouver vos premiers clients, vous pouvez utiliser : 

  • Les plateformes de freelancing ; 
  • Ou votre réseau professionnel et personnel ;  

Trouver des missions sur les plateformes de freelancing

Comme première méthode pour trouver vos clients,  nous vous recommandons de vous  inscrire sur des plateformes de freelancing. Les inscriptions sur ces plateformes sont gratuites et rapides à faire et en quelques minutes vous pouvez y présenter vos services.

Ces plateformes vous mettent en relation avec des clients et elles vous feront ainsi gagner du temps dans vos recherches. 

Parmi ces plateformes de mise en relation client - freelance, nous vous recommandons notamment  :

  • Creads, une plateforme dédiée à la création de contenus pour les marques (identité de marque, campagnes digitales, print, vidéo et motion,etc.). Avec plus 500 000 projets réalisés, c’est l’une des plus grosses plateformes spécialisées en France ;
  • Malt, une plateforme plus généraliste, qui reste une des plateformes les plus importantes du marché français avec 370 000 freelances dont 42 036 graphistes freelances inscrits. Malt dispose également d’un flux important de missions, le mois dernier 625 694 recherches ont été faites sur la plateforme ; 
  • Crème de la crème, aussi une plateforme plus généraliste, spécialisée dans les profils plus seniors.

Une fois inscrit sur ces plateformes, pensez à peaufiner votre profil pour maximiser votre visibilité. Nous vous recommandons notamment de : 

  • Compléter le maximum d’informations sur vous ;
  • Choisir et renseigner les catégories dans lesquelles vous souhaitez apparaître ;,
  • Partagez vos diplômes et/ou certifications ; 
  • Précisez vos compétences ;
  • Demander des recommandations d’anciens clients ;
  • Inclure des exemples de vos projets passés… 

Pensez également à répondre rapidement lorsque vous êtes sollicité, la plupart des plateformes intégrant la réactivité dans l’algorithme de mise en avant des freelances.

Passer par ces plateformes est une première option, mais vous pouvez aussi choisir de  démarcher vous-même vos clients en faisant appel à votre réseau personnel et professionnel. 

Le profil d’un designer indépendant sur la plateforme Malt

Trouver des missions via son réseau professionnel

Vous pouvez très bien décidez de démarcher vous-même vos futurs clients en utilisant votre réseau professionnel. 

Pour cela, vous pouvez notamment utiliser votre compte LinkedIn et publier un article dans lequel vous annoncez que vous êtes devenus graphiste freelance. C’est un moyen rapide et efficace d’apprendre à votre réseau votre nouvelle activité.

Capture d’écran d’un post dans lequel une designer indépendante annonce le lancement de son activité à son réseau.

En plus d’utiliser votre compte LinkedIn, vous pouvez envoyer un e -mail à tous vos contacts professionnels indiquant que vous êtes devenu graphiste freelance. Dans votre mail, pensez à mettre un lien vers votre portfolio. 

Pensez aussi à échanger aussi bien avec votre entourage qu’avec la communauté des graphistes pour faire parler de vous et de ce que vous faites.  

Désormais, vous disposez de tous les éléments pour  devenir graphiste freelance, à vous de vous lancer !